Le RAP créatif

lesaffaires

Le RAP créatif

PAR Daniel Germain

(Photo: 123RF)

IMMOBILIER RÉSIDENTIEL. Le régime d’accès à la propriété offre des possibilités qui vont bien au-delà de la simple mise de fonds pour l’achat d’une maison.

Charles Hunter-Villeneuve a mis sa jeune carrière de planificateur financier en veilleuse pour se lancer dans des études de maîtrise en fiscalité à l’Université de Sherbrooke. Son mémoire, qu’il prépare sous la direction du respecté professeur Luc Godbout, porte sur un thème surprenant : le régime d’accès à la propriété (RAP).

Le RAP, qui permet aux premiers acheteurs de retirer sans pénalité une somme de leur REER pour faire une mise de fonds à l’acquisition d’une maison, représente-t-il un sujet assez consistant pour alimenter des travaux universitaires en fiscalité ?

Lire la suite sur LesAffaires.com

Le REER, un piège fiscal?

image

Le REER, un piège fiscal?

Un vrai cri du coeur, les amis, et je ne fais pas référence à celui de la jeune infirmière épuisée par sa charge de travail. Je vous parle de ce plaidoyer pour le REER publié la semaine dernière par un directeur du département de planification fiscale de la Banque CIBC, Jamie Golombek.

Ça ne vous dit rien? Compréhensible, ça n’a pas enflammé les réseaux sociaux, ni bouleversé l’agenda de ministres. Après tout, on ne pleurera pas pour une histoire de REER racontée par le directeur d’une grosse banque de Toronto, n’est-ce pas? Pourtant…

Lire la suite sur LesAffaires.com

Quelle retraite peut-on s’offrir avec 350 000$ de REER?

image

Quelle retraite peut-on s’offrir avec 350 000$ de REER?

On pourrait poser la question autrement: un REER de 350 000$, est-ce un gros REER?

La réponse est relative. Un ami qui a passé le cap des 250 000$ en épargne retraite dit sans se targuer qu’il a accumulé «un quart de million». Évoquer le «million», même une fraction de celui-ci, donne une certaine prestance au pécule.

Lire la suite sur LesAffaires

Le REER de conjoint, toujours de mise?

lesaffaires
image

Le REER de conjoint, toujours de mise?

Depuis 2007, les conjoints ont la possibilité de fractionner leurs revenus de retraite au moment de faire leur déclaration de revenus. Cette mesure permet à certains couples d’épargner des milliers de dollars d’impôt en répartissant d’une façon plus optimale les revenus entre les conjoints.

Dans ce contexte, est-il encore pertinent de cotiser au REER de son conjoint, sachant que l’objectif est le même?

Lire la suite sur LesAffaires

L’initiation financière d’Aurélie Laflamme

L'auteure India Desjardins... (Photo François Roy, La Presse)

L’auteure India Desjardins

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

MARC TISON
La Presse

Elle avait à peine 20 ans à son premier REER. Elle a épargné pour écrire. India Desjardins a la tête créative et les pieds bien ancrés.

L’écrivaine avait deux histoires d’argent à narrer.

« Je peux vous raconter mon premier REER et comment j’ai commencé à travailler comme auteure parce que ça se rejoint. »

India Desjardins sirotait un chocolat chaud dans un café de l’avenue du Mont-Royal.

L’auteure de la série à succès Aurélie Laflamme a 42 ans, mais paraît 10 ans de moins, sans flatterie.

Le visage étroit encadré de cheveux pâles, le sourire facile, elle se confie avec une fraîcheur confinant à la candeur, ce qui soutient l’illusion qu’elle tend en âge vers son lectorat d’adolescents.

Mais on s’aperçoit vite que cette présence avenante n’empêche pas une opiniâtre volonté.

Première histoire

« J’ai commencé comme journaliste, quand j’étais début vingtaine, et mon père m’a donné en cadeau un REER », débute-t-elle.

Pour le photographe qui arrive sur les entrefaites, elle applique avec réticence un rouge à lèvres discret – « J’haïs mettre du rouge à lèvres. Les rouges à lèvres ont souvent un petit goût qui teinte ensuite celui du chocolat. »

Sitôt les photos prises, elle reprend son récit et son chocolat chaud.

« J’avais mon premier appart, je ne gagnais pas beaucoup de sous, il ne restait pas beaucoup d’argent pour le plaisir », se remémore-t-elle en essuyant son rouge à lèvres.

Le REER serait investi par les soins de la conjointe de son père, qui entamait alors une carrière de planificatrice financière. « Elle m’a fait une bonne recommandation : ajouter une épargne à mon budget. C’était juste un petit montant par mois, 80 $ je crois, qui était pris automatiquement dans mon compte. »

Elle n’a plus relâché cette discipline.

« C’est ce qui m’a permis d’acheter mon premier condo, environ 15 ans plus tard. »

Voler de ses propres ailes

Coïncidence, elle a fait paraître en octobre dernier le neuvième épisode du Journal d’Aurélie Laflamme.

Voler de ses propres ailes narre les premières velléités d’indépendance financière d’Aurélie qui, devenue jeune journaliste pigiste, prend un premier appartement à 22 ans.

Le père d’Aurélie lui donne-t-il un REER ?

– Non, parce que son père est décédé.

Oups, désolé…

« Mais on parle d’argent, continue l’écrivaine. On parle de la première fois qu’elle s’est enregistrée pour une carte de crédit et des réticences de sa mère, et de son premier prêt à la banque. Ça commence comme ça, en fait. »

Encore une fois, India Desjardins s’inspire de ses propres expériences.

« Tu es confrontée au fait que tu as des comptes. Je me souviens que la première fois que mon loyer a été augmenté de 5 $ par mois, j’ai pleuré ! C’est fou, mais ça changeait tout mon budget de l’année. »

« Ça m’est déjà arrivé de prier pour un contrat ! » Non-croyante, elle avait adressé la requête à ses grands-parents disparus.

Elle mime la supplique, mains jointes : « Si vous m’entendez, ça me prend un contrat pour payer mon loyer ! »

La jeune journaliste venait de rompre avec son principal client, un magazine jeunesse dont le rédacteur en chef avait une relation ambiguë avec la vérité factuelle.

La réponse à sa prière est arrivée « comme dans un film ».

« Cette journée-là, j’ai reçu un coup de téléphone d’une nouvelle rédactrice en chef qui avait repris le magazine. »

Son budget a été sauvé du naufrage par le Titanic. La rédactrice en chef lui a commandé un article sur le film de James Cameron, article « qui [lui] avait rapporté 120 $ ! », se souvient-elle.

« Si mon père m’avait dit : « Tu devrais t’ouvrir un REER », ç’aurait été un concept flou pour moi. Le fait qu’il me donne un cadeau, la première étape a été faite à ma place, donc après ça, c’était facile. »

« Mon épargne, c’est ma liberté »

India Desjardins a pris la décision de se consacrer à l’écriture en 2003.

Elle a quitté son emploi au Journal de Montréal, conservé quelques contrats, et s’est mise à l’oeuvre.

« En calculant mes piges, je voyais que j’étais capable de payer mon loyer, ma bouffe, mes comptes – et ça inclut le REER dont je vous parlais. »

C’est sa deuxième histoire.

Elle s’est contrainte à un régime de simplicité plus ou moins volontaire, dont elle a soustrait « tout ce qui n’était pas essentiel, comme les vêtements, le confort, le maquillage, l’alcool, les voyages… ».

Elle ne se privait pas de sorties au restaurant avec les copines, mais utilisait un subterfuge financier digne des plus sagaces fiscalistes. « Je me faisais un petit souper, et au restaurant, je ne commandais qu’une entrée. »

Dans les bars, elle prenait un Perrier qu’elle étirait jusqu’à la fin de la soirée. Ces trucs et son budget minceur lui ont permis d’écrire ses premiers livres « sans avoir de soucis pour payer [son] loyer ou sans avoir à demander de subventions ».

Investissement littéraire

Son premier roman, Les aventures d’India Jones, est paru en 2005. Elle en a vendu 5000 exemplaires.

Pour le lancement du premier Aurélie Laflamme, l’année suivante, elle s’est encore refusée à se procurer des vêtements neufs. « J’en avais vraiment envie, mais je ne l’ai pas fait parce que je me disais : « Je veux écrire d’autres tomes. » À cette époque-là, chaque 100 $ valait énormément pour moi. »

Ses premiers revenus d’auteur étaient en partie réinvestis dans sa carrière.

Elle a assumé elle-même les frais d’autocar et d’hébergement des premiers salons du livre auxquels elle a participé – elle n’a pas de voiture, autant pour économiser que pour s’épargner des problèmes. « Je suis distraite, admet-elle. Je serais un danger sur la route. »

Lorsqu’un premier roman a été publié en France, elle s’est payé le voyage pour assister à un salon du livre. Elle est allée rencontrer à ses frais les éditeurs allemand et britannique qui s’apprêtaient à traduire ses oeuvres.

« Je n’ai jamais eu peur de faire ce genre de dépenses pour des choses auxquelles je croyais », assure l’écrivaine, animée et volubile au point de négliger son chocolat chaud.

À partir du quatrième tome de la série, elle a pu laisser graduellement tomber ses contrats de pige.

Succès !

Depuis 2006, elle a vendu 1 million d’exemplaires des romans d’Aurélie Laflamme au Québec et 1,2 million en France. Au total, 2,2 millions de livres. Et encore, elle n’a pas les chiffres pour l’Allemagne.

À l’oeil, ça doit bien représenter des revenus de 3 millions ?

– On va le calculer en moyenne.

Un auteur reçoit 10 % du prix de vente : « 10 % de 15 $, ça fait 1,50 $ », énonce-t-elle.

La multiplication donne des revenus de 3,3 millions de dollars depuis 2006.

Elle ne manque pas de courage. Elle pourrait être mise au pilori sur la place numérique pour ce genre de données. Le succès ne dérange pas trop, pour autant qu’il ne soit pas chiffré.

« Quelquefois, de nouveaux auteurs m’écrivent pour me demander « Comment tu as fait pour vendre autant de livres ? » Je n’ai jamais pensé aux ventes. Je ne pourrais pas te dire comment j’ai fait parce que ce n’était pas prévu. »

« Le seul calcul que j’ai fait, c’est comment je pourrais arranger mes finances pour avoir la liberté de créer ce que j’ai envie de créer. Et maintenant, mon épargne, je la fais de la même façon. Je me dis : « On ne sait jamais quand le succès peut s’arrêter. » »

Passion et retraite

India Desjardins était prête à courir le risque de vivre de sa plume, mais elle demeure frileusement prudente pour ses placements.

« Ça m’a pris vraiment du temps avant d’accepter d’avoir un portefeuille diversifié parce que j’avais peur, explique-t-elle. J’ai tellement fait de sacrifices pour mon argent que je n’ai pas une grande tolérance au risque. »

Elle a longtemps maintenu son régime budgétaire sec. « Mais maintenant, je me permets d’acheter des vêtements, de faire des voyages. »

Toujours très peu de rouge à lèvres, toutefois.

Sa première dépense d’importance a été le condo qu’elle a acquis en 2012, à 36 ans, en tirant de ses REER. « Quand j’ai acheté mon condo, je pensais que j’allais rester célibataire toute ma vie. » Elle s’était imaginé acheter sa première propriété avec un amoureux.

Trois ans plus tard, elle l’a vendu pour acheter une maison commune avec Olivier Bernard, alias le « Pharmachien ».

Ils partagent la même vision d’une vie financière bien réglée et sans excès.

« J’ai plus de fierté à épargner qu’à avoir des grosses possessions. Mon chum est comme ça aussi. »

Malheureusement, leur projet de famille s’est dissous en 2018 quand elle a mis fin à une démarche de fertilité pour des raisons de santé.

Ils se sont mariés l’été dernier, a-t-on appris ?

– Oui ! confirme-t-elle en épanouissant un large sourire ravi.

« On voulait symboliquement se lier, même si on n’allait pas avoir d’enfant et qu’on n’allait pas devenir une famille. »

Rêves incertains

À 42 ans, elle serait au mitan d’une carrière traditionnelle. Elle ne nourrit pas de rêve de retraite. « Je ne suis pas capable », prononce-t-elle.

« Le rêve que j’avais était plus un rêve de famille, et c’est un rêve que j’ai dû mettre derrière moi. Présentement, je suis en train de réinventer mes rêves d’avenir et je n’ai pas encore mis le doigt dessus. »

Pour l’instant, il prend la forme de travail, de voyages, de marches avec le bouvier bernois que le couple a adopté récemment.

« La retraite, je n’y pense pas comme quelque chose que j’aimerais atteindre, mais plus peut-être comme quelque chose d’inévitable qui arrive à certains artistes, parce qu’à un moment donné… »

La phrase reste suspendue… On devine qu’elle entrevoit, quelque part, des images de créateurs vieillissants, délaissés par l’inspiration et leur public.

« En fait, c’est plus une peur, la peur de ne plus être pertinente un jour. Et comme je ne sais pas de quoi l’avenir va être fait, pour moi, mon épargne est une sécurité. »

Le geyser créatif ne se tarit pas avec la soixantaine. À 65 ans, sa mère journaliste lui semble jeune.

« Et c’est dur de prendre sa retraite d’une passion. »

Elle a quitté le café quelques instants plus tard.

Son chocolat chaud était à peine entamé.

« Maintenant, je suis capable de vivre de ma plume avec la vente de mes livres au Québec, en France, en Allemagne, et aussi avec mes contrats de scénarisation. »

Conversion des REER en FERR : le dilemme

Conversion des REER en FERR : le dilemme

En apparence, il peut sembler irresponsable d’accéder à son épargne-retraite plus tôt que prévu — le résultat d’une imprévoyance plus tôt dans la vie. Mais en fait, dans certains cas, cette décision pourrait être avisée, même pour ceux qui n’ont pas besoin de cet argent.

Un régime enregistré d’épargne-retraite est censé être un magot intouchable, un réservoir d’épargne dans lequel on ne puisera que quand le moment sera venu de financer une retraite prospère. Traditionnellement, cela veut dire à l’âge de 65 ans, qui demeure pour beaucoup de gens la date butoir du départ à la retraite. C’est aussi l’âge auquel certains programmes gouvernementaux prennent effet, comme celui de la Sécurité de la vieillesse (SV).

Lire la suite sur LesAffaires.com

Qui pense aux REER durant la période estivale?

Qui pense aux REER durant la période estivale?

Photo : Eugen Haag / 123rf

Photo : Eugen Haag / 123rf

Seuls 11 % des Québécois pensent aux cotisations à un régime enregistré d’épargne-retraite au mois de juin, 10 % en juillet et 9 % en août, selon un sondage publié mercredi par la TD.

Celui-ci montre également que 26 % des personnes interrogées ne pensent jamais aux REER, et ce, quel que soit le moment dans l’année. L’enquête d’opinion révèle en outre que 77 % des travailleurs québécois croient que le fait de passer en revue leurs objectifs de cotisation à un régime d’épargne-retraite en dehors de la période officielle des REER est une bonne idée.

En revanche, les données indiquent que seuls 45 % des travailleurs québécois cotisent régulièrement à leur régime au moyen de paiements préautorisés, tandis que 19 % n’ont aucun régime d’épargne-retraite à ce jour.

LES CONSEILS DE LA TD

Pour aider les Québécois à se préparer à la retraite durant la période hors-saison, voici ce que la TD suggère :

• Commencez maintenant. L’épargne-retraite n’est pas une priorité pour la plupart des travailleurs québécois durant l’été, mais la période hors-saison est l’occasion parfaite d’examiner vos finances et de confirmer vos objectifs.

• Obtenez des conseils. Vous devez pouvoir compter sur quelqu’un qui pourra vous aider à évaluer les bonnes décisions à prendre pour planifier votre retraite. Discutez-en par exemple avec un planificateur financier ou un conseiller en services financiers.

• Établissez vos objectifs. Pensez à ce qui est important pour vous et à la façon dont vous souhaitez vivre à la retraite, et parlez-en avec un professionnel qui vous aidera à choisir la bonne voie ou à ajuster votre plan pour atteindre votre objectif.

• Faites un programme d’entraînement pour la retraite. Déterminez les placements qui peuvent vous aider à atteindre vos objectifs à court et à long terme. Selon votre tolérance au risque, certains fonds communs de placement offrent la possibilité de puiser dans les rendements possibles des actions et des marchés des titres à revenu fixe, une option à considérer parallèlement à un compte d’épargne traditionnel.

Le sondage a été mené par Environics Research Group du 20 février au 1er mars auprès de 6 021 Canadiens âgés de 18 ans ou plus. Au total, 3 653 des personnes sondées étaient des travailleurs, et 791 d’entre elles résidaient au Québec.

Sept conseils pour tirer le maximum de votre REER

Épargner en vue de la retraite ne devrait pas être une tâche ardue

Voici sept conseils de Peter Bowen, l’expert de Fidelity en matière de retraite et de fiscalité.

1. Planifiez vos objectifs de retraite.

Quel style de vie souhaitez-vous mener à la retraite? Réfléchissez à vos objectifs dès maintenant et consultez votre conseiller en placements pour assurer votre sécurité financière pendant que vous profitez d’une longue et heureuse retraite.

2. Investissez tôt pour favoriser la croissance.

Investir dans votre REER bien avant le départ à la retraite signifie que vous disposez de plus de temps pour que vos placements fructifient à l’abri de l’impôt. Puisque l’argent investi dans un REER provient des revenus avant impôts, les cotisations que vous versez peuvent réduire la charge fiscale totale en reportant l’impôt à une date ultérieure, quand vous serez dans une tranche d’imposition inférieure.

3. Tirez profit de votre remboursement d’impôt.

Les cotisations à votre REER sont plus avantageuses si vous prévoyez que votre taux d’imposition marginal à la retraite sera inférieur à celui de vos années actives. N’oubliez pas que les REER ne sont pas à l’abri de l’impôt, ils font tout simplement l’objet d’un report d’impôt. Ainsi, même s’il est tentant de dépenser votre remboursement d’impôt, vous en tirerez profit à long terme si vous le réinvestissez.

4. Contribuez maintenant, déduisez plus tard.

Vous n’êtes pas tenu de demander les déductions sur vos cotisations au REER dans la même année que celle où vous cotisez. Si vous prévoyez qu’une hausse de votre revenu imposable dans l’avenir vous placera dans une fourchette d’imposition plus élevée, vous pouvez reporter la déduction de vos cotisations pour bénéficier d’un remboursement d’impôt plus important.

5. Gardez une marge pour investir dans votre avenir.

Les droits de cotisation excédentaires inutilisés des cotisations inférieures au plafond annuel peuvent être reportés indéfiniment pour être utilisés dans les années ultérieures. Profitez des droits de cotisation supplémentaires pour contribuer davantage à votre épargne-retraite et bénéficier d’un remboursement d’impôt plus élevé.

6. Choisissez le compte qui vous convient.

Selon vos objectifs à court et à long terme, investir dans un compte d’épargne libre d’impôt(CELI) pourrait être plus approprié pour vous. Les cotisations versées dans un CELI ne sont pas déductibles d’impôt – vous ne recevrez pas de remboursement d’impôt – par contre, les retraits ne sont pas imposables non plus. L’argent que vous investissez s’accumule en franchise d’impôt tant qu’il reste dans le compte.

7. Réduisez le fardeau fiscal.

Le fractionnement du revenu est un moyen pour les couples de réduire l’ensemble des impôts à la retraite. Dans le cas des FERR, cela peut être fait à l’âge de 65 ans ou après (certains types de revenu de retraite peuvent être fractionnés avant l’âge de 65 ans). Cette stratégie permet au conjoint ayant le revenu plus élevé de transférer jusqu’à 50 % de son revenu de pension admissible au conjoint ayant le revenu plus faible. Il est également possible de fractionner le revenu avant l’âge de 65 ans en utilisant un REER de conjoint, mais vous devez vérifier les règles d’attribution.

« Les REER exposent les épargnants à plusieurs risques »

risque_placementSi les régimes enregistrés d’épargne-retraite font désormais partie du paysage québécois de l’après-vie active, les campagnes de promotion qui les font mousser occultent certaines de leurs (importantes) limites, selon l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC).

Dans une analyse publiée dans le dernier bulletin de l’Observatoire de la retraite, créé par l’IREC, Riel Michaud-Beaudry estime en effet que la publicité « tait généralement le fait que ces produits font reposer tous les risques financiers sur les épaules des individus ». Avec le recul, ajoute-il, il apparaît également qu’elle a « surtout contribué à rendre acceptable l’individualisation progressive des risques financiers associés à la retraite, une tendance lourde que l’on constate dans les politiques publiques concernant la sécurité financière des personnes vieillissantes ».

Affirmant qu’il souhaite aller « au-delà des lieux communs concernant la flexibilité des REER », le chercheur à l’Observatoire entend « mettre en lumière les limites associées à cette formule d’épargne-retraite individuelle » afin d’envisager des améliorations ou des innovations institutionnelles qui pourraient être mises de l’avant pour les surmonter. Autrement dit, résume-t-il, il s’agit d’« imaginer des scénarios d’amélioration axés plutôt sur les besoins des personnes que sur la rentabilité du secteur financier ».

INDIVIDUALISATION DES RISQUES FINANCIERS

Insistant sur le fait que les REER « sont des régimes où les risques liés à l’épargne sont entièrement assumés par les individus », Riel Michaud-Beaudry estime que ces produits financiers sont problématiques pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’ils constituent un risque en matière de rendements. En effet, souligne-t-il, dans les périodes de crises financières ou de récession économique, ou encore dans un environnement de faibles taux d’intérêt, ils se retrouvent « fortement exposés aux aléas des marchés ». La raison? « Comme les REER ne sont pas dotés de mécanismes permettant de mutualiser et de répartir le risque financier, chaque cotisant doit assumer la possibilité de voir son capital diminuer. »

Or, relève le chercheur, cet aspect de la question est d’autant plus crucial que « ce capital doit servir à soutenir financièrement la retraite, période de la vie où le caractère stable et prévisible des revenus est très important ». Tous les Québécois qui comptaient sur leurs REER pour compléter leurs rentes de retraite lors de la crise financière de 2007-2008 l’ont d’ailleurs appris à leurs dépens, observe-t-il.

D’autre part, poursuit Riel Michaud-Beaudry, le risque dit « de longévité » est couru individuellement par les cotisants. Rappelant que le REER « consiste en un capital devant être retiré annuellement selon une espérance de vie probable », il note qu’« une personne survivant à son capital verra cette source de revenu se tarir » au fil des ans, et qu’elle aura donc des revenus moins élevés durant les dernières années de son existence. Ce risque touche plus particulièrement les femmes, qui ont une espérance de vie plus élevée que leurs compagnons, ajoute-t-il. De même, l’analyste pointe le fait que « si un rentier décède avant d’avoir épuisé son capital dont il n’aura pu profiter entièrement, une bonne partie des REER accumulés sera imposée à un taux marginal élevé, car l’ensemble du régime accumulé doit être inclus au revenu du rentier décédé, sauf s’il s’agit d’un conjoint ».

DES LIMITES ASSOCIÉES À LA GESTION DU CAPITAL

Enfin, Riel Michaud-Beaudry estime risqué le fait que les investisseurs individuels qui détiennent un REER « confient généralement à des insitutions financières privées le soin de gérer leurs comptes individuels ». D’après lui, cette formule présente en effet deux principales limites, « qui affectent directement le niveau de rendement des placements ». La première concerne les stratégies de gestion des actifs, car « même si les choix de placement sont réalisés de manière responsable, les cotisants (…) sont pénalisés par une répartition d’actifs de plus en plus [prudente] avec l’âge afin de mitiger les risques inhérents aux placements boursiers ». Résultat : leurs portefeuilles d’investissement comportent de moins en moins de produits risqués et à croissance élevée (des actions, par exemple) à mesure qu’ils approchent de la retraite, au profit de produits à revenus fixes et stables (bons du Trésor ou obligations).

La seconde limite est liée aux frais de gestion, car ceux-ci « peuvent gruger une part importante des rendements financiers ». Selon des donnés de l’Organisation de coopération et de développement économiques reprises par le chercheur, des frais annuels de 2 % réduisent ainsi de 37 % l’accumulation de l’épargne, ce qui ne laisse que 63 % à l’investisseur. Alors que les frais de gestion servent officiellement à couvrir les coûts des produits offerts par les institutions financières, Riel Michaud-Beaudry soutient que la réalité est bien différente. Et pour appuyer son propos, il cite un rapport sur la performance des fonds d’investissement de Morningstar, qui classe le Canada au dernier rang des 25 pays étudiés en matière de frais de gestion.

« Ainsi, vraisemblablement, les sommes englouties individuellement et collectivement dans les REER bénéficient d’abord aux institutions financières privées », conclut le chercheur. Avec des frais de gestion compris entre 0,5 % et 2,5 %, selon les Normes d’hypothèses de projection pour 2017 de l’Institut québécois de planification financière (IQPF), celles-ci « s’accaparent une portion considérable des rendements financiers des épargnants », dénonce-t-il.

« LES RISQUES SONT SOUVENT PEU CONNUS OU MAL COMPRIS »

Pour renforcer sa théorie, l’analyste prend l’exemple du Régime de rentes du Québec (RRQ) et des frais de gestion des fonds de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), qui sont de 0,2 % seulement. « La mutualisation des risques a permis à la Caisse d’afficher un taux de rendement réel annuel moyen de l’actif du RRQ de 9,2 % entre 2011 et 2016, net de frais de gestion. En guise de comparaison, l’IQPF a pour hypothèse un taux de rendement réel net de frais de gestion de 2,75 % pour un portefeuille dynamique pour l’année 2017-2018, ce qui place les rendements issus de portefeuilles individuels nettement en dessous de ceux gérés par la CDPQ », détaille Riel Michaud-Beaudry.

« Ces coûts moins élevés que ceux d’un fonds commun de placement s’expliquent par le pouvoir de négociation dont dispose la CDPQ sur les marchés financiers, ainsi que par l’absence de dépenses de publicité, de marketing, ou de conseils aux clients individuels. L’individualisation et la personnalisation des stratégies financières entraînent des coûts. (…) Cela démontre que la gestion individuelle des actifs est très coûteuse pour les épargnants », affirme le chercheur.

Sa conclusion? « En plus d’être fiscalement désavantageux pour une bonne partie de la population et d’offrir plus d’aide aux mieux nantis dans la constitution de leur patrimoine, les REER exposent les épargnants à plusieurs types de risques. Or, ces derniers sont souvent peu connus ou mal compris par le commun des mortels. »

Le REER favorise-t-il les riches?

tirelire_epargne_REER_CELI_retirer_retrait_4251Chaque année, la « saison » des régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER) constitue un temps fort des campagnes publicitaires lancées par les institutions financières. Pourtant, l’outil d’épargne serait inégalitaire, selon cette étude. 

L’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC) a mis sur pied l’Observatoire de la retraite, qui vient de publier le premier volet d’une étude destinée « à faire un survol des connaissances disponibles sur ces régimes, sur leur bassin de cotisants ainsi que sur leur place au sein du système de retraite au Québec ».

À l’origine réservés à une catégorie spécifique de la population ne disposant pas de régimes complémentaires, soit les travailleurs autonomes,
 les REER sont en effet aujourd’hui un produit populaire dans la Belle Province, note l’auteur de l’étude, Riel Michaud-Beaudry.

Il relève cependant l’existence de « différences notables » quant aux cotisations en fonction de l’âge et du revenu des cotisants.

Ainsi, les 55-64 ans sont les personnes qui mettent le plus d’argent dans leur régime, puisqu’elles représentent 33 % de l’ensemble des cotisations réalisées au Québec. À cet âge, et compte tenu des faibles taux de rendement attendus de portefeuilles le plus souvent prudents, les déductions d’impôts constituent les principaux incitatifs à cotiser à un REER, souligne le chercheur.

UN OUTIL D’ÉPARGNE « TRÈS INÉGALITAIRE »…

En outre, plus le revenu est élevé, plus la capacité d’épargner et les avantages à le faire par le REER sont importants : les personnes ayant un revenu plus élevé que 80 000 $ comptent pour 27 % du nombre de cotisants, et leurs épargnes représentent 58 % des cotisations. De même, les personnes gagnant entre 40 000 et 59 999 dollars comptent pour 30 % des cotisants et pour 17 % du total des cotisations. Résultat : le revenu d’emploi médian des cotisants à un REER atteignait 53 750 dollars en 2015, soit beaucoup plus que la médiane, qui était alors de 30 900 dollars.

Cette situation est due au fait que les contribuables les mieux nantis possèdent davantage de moyens financiers, mais aussi parce que les incitatifs fiscaux sont plus importants pour eux, affirme Riel Michaud-Beaudry. « En effet, puisque les déductions d’impôts réduisent le montant de revenu imposable que les particuliers doivent payer, plus le revenu d’une personne est compris dans les paliers d’imposition supérieurs, plus l’économie d’impôts est importante », détaille-t-il. De ce point de vue, « l’utilisation de la déduction d’impôt comme outil de politique publique afin d’augmenter l’épargne-retraite est donc très inégalitaire, car elle favorise les personnes avec un revenu relativement élevé », insiste le chercheur.

D’une manière générale, l’instrument de politique publique utilisé par les gouvernements, c’est-à-dire les déductions d’impôts, ainsi que les plafonds maximaux de cotisation favorisent les contribuables les mieux nantis, résume l’Observatoire de la retraite. En effet, rares sont ceux qui ont les moyens de mettre chaque année plusieurs milliers de dollars dans leur REER, sachant que le plafond pour 2015 était par exemple de près de 25 000 dollars. Cette année-là, la cotisation médiane à ces régimes atteignait d’ailleurs seulement 2 650 dollars. Et même chez les quelque 414 000 cotisants québécois gagnant plus de 80 000 dollars annuellement, les versements moyens étaient alors d’environ 13 160 dollars, soit un montant très inférieur au maximum permis.

… MAIS ENCORE TRÈS POPULAIRE

Le chercheur constate qu’en 2015, près de six millions de personnes au pays ont cotisé soit à un REER individuel ou collectif, soit à un régime de pension agréé collectif (RPAC), et ce, pour un total d’environ 39 milliards de dollars. En comparaison, quelque 1,5 million de Québécois ont cotisé la même année pour un montant de 9,4 milliards.

Ces derniers ont par ailleurs réclamé 7,8 milliards de déductions fiscales en 2014 pour des cotisations à un REER individuel ou collectif, un RPAC ou un régime volontaire d’épargne-retraite (RVER). Enfin, la même année, les déductions fiscales pour l’ensemble des régimes de retraite, incluant les régimes de pension agréés, ont compté pour près de 39 % de toutes les déductions demandées par les particuliers de la province.

Hormis cet aspect purement fiscal, Riel Michaud-Beaudry estime que l’un des facteurs majeurs expliquant la popularité des REER est « l’absence d’autres sources de revenus de retraite pour 22,5 % de la population active ». Ainsi, en 2008, environ 942 000 travailleurs n’avaient que ce régime pour se procurer des revenus de retraite en dehors des régimes publics, tandis qu’environ 1,6 million de personnes ne participaient à aucun régime complémentaire. Et depuis, la situation n’a guère évolué puisque, en 2014, 21 % de la main-d’œuvre ne cotisaient qu’à un REER.

Enfin, selon le chercheur, d’autres facteurs ont contribué à nourrir l’intérêt de nombreux Canadiens pour ce type d’épargne : la diminution, en matière de quantité et de qualité, des régimes de retraite d’employeurs; l’augmentation des revenus des baby-boomers durant les années 1980-1990; une présence accrue des femmes sur le marché du travail; le fait que la population est de plus en plus sensibilisée à la nécessité d’économiser pour subvenir à ses besoins durant ses vieux jours; un désir accru de maximiser l’utilisation des abris fiscaux; l’effet des campagnes de publicité annuelles des institutions financières; enfin, les augmentations périodiques du plafond de cotisation admissible par les gouvernements.